Sites Inria

English version

Médiation scientifique

Axelle Balekdjian (*) - 25/11/2019

Retour sur les Rendez-vous des Jeunes Mathématiciennes et Informaticiennes d’octobre 2019

Lundi 28 octobre débutait une nouvelle édition des Rendez-vous des Jeunes Mathématiciennes et Informaticiennes organisée au centre Inria de Paris par les associations Animath et Femmes et Mathématiques . Pendant deux jours, nous avons eu l’honneur et la fierté d’accueillir 20 lycéennes venues de toute la France, sélectionnées sur dossier, pour partager avec elles l’essence même d’Inria : la recherche scientifique. Retour sur ces deux jours.

Lundi 28 octobre 2019, 9h00. 20 lycéennes se présentent tour à tour. Une valse de banalités générales, qui deviennent plus personnelles lorsqu’elles abordent enfin leurs passions, leur intérêt pour les sciences. Tout le monde veut savoir pourquoi elles se sont levées un lundi de vacances pour venir assister à deux jours de séminaires immersifs en maths et info dans un institut de recherche national.

J’ai envie d’en apprendre plus que ce que je vois au lycée. Je veux découvrir le milieu de la recherche, c’est encore un peu flou pour moi

Réflexion

Deux jours pour apprendre donc, et s’initier à la recherche scientifique. Au programme d’abord, un atelier sur les stéréotypes dans les sciences :

  1. Les sciences, ce n’est pas seulement de la fumée et des explosions, il ne faut pas considérer les sciences comme uniquement de la chimie : ce sont aussi des mathématiques, de la biologie, de l’informatique, et de nombreux autres domaines qui ne sont pas assez mis en lumière et qui malheureusement sont trop confondus en un seul et même terme générique : la science ;
  2. On peut être une femme ET une scientifique. Ça n’a pas à être soit l’un, soit l’autre : pourquoi une femme devrait-elle choisir entre sa vie personnelle et sa carrière professionnelle ? C’est pourtant un débat séculaire.   

Les sciences n’ont pas de genre, et pourtant elles sont représentées de manière genrée et même sexiste .

souligne une de nos lycéennes lors d’un débat sur la représentation des femmes dans le milieu scientifique. La question de la parité en mathématiques et informatique a également été abordée lors de cet atelier, au cours duquel nos jeunes mathématiciennes ont fait ressortir des vérités primordiales trop souvent oubliées, enfouies sous des années de discours traditionalistes : il était temps de souligner l’importance des femmes dans le domaine des mathématiques.

Une fille se dévalorise plus qu’un garçon, alors que notre réussite ne dépend pas de notre genre.

Les stéréotypes de genre dans les sciences ont un fort impact sur le travail : ils jouent sur les performances et alimentent une autocensure des femmes dans les mathématiques. 

Beaucoup arrêtent parce qu’elles sont découragées ou sont convaincues par les stéréotypes qu’elles n'y arriveront pas. 

souligne une autre lycéenne, dont le discours sonne tristement vrai. 

Rencontres

Au cours de ces deux jours, nos jeunes mathématiciennes et informaticiennes ont également assisté à des conférences tenues par des chercheuses de renom, et ont enchaîné les activités diverses et variées sur le thème des sciences :

  • Une conférence d’Isabelle Ryl (ancienne directrice du centre de Paris et actuelle directrice de l’Institut Prairie ) sur l’intelligence artificielle ;
  • Une conférence de Christina Boura (chercheuse à l’Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines et membre de l’équipe projet SECRET) sur les bases de la cryptographie et leurs applications (notamment sur les systèmes de chiffrement sûrs et efficaces en cryptographie comme le chiffrement de Vernam, les suites pseudo-aléatoires, etc.) ;
  • Des expériences interactives : présentation du fonctionnement (théorique et pratique) d’une imprimante 3D, ainsi que d’un bras articulé que les lycéennes ont pu manipuler pour saisir des objets ;
  • La présentation et la visite du cluster d’Inria ;
  • Une conférence de Ninon Burgos sur la neuro-imagerie, et notamment l’analyse d’IRM pour détecter et prévenir les maladies neurodégénératives (Parkison, Alzheimer).

Recherche

Cette édition des RJM s’est finalement terminée avec la présentation par nos jeunes mathématiciennes des résultats de leurs travaux de groupe. Durant les deux jours, elles ont en effet travaillé en groupes de cinq sur des problèmes ouverts de mathématiques , issus de travaux de recherche. Ces problèmes n’admettant pas de solution complète connue, cette activité a véritablement  placé les participantes dans la position de chercheuses. Véritable point fort de la rencontre, ce travail a permis d’offrir un formidable premier contact avec le monde de la recherche. Elles ont ainsi exposé leur travail devant leurs camarades et ont eu un aperçu de ce que nos chercheurs et chercheuses font au quotidien : partager leur savoir au monde pour faire avancer les sciences et la société. À elles maintenant de se saisir du flambeau et de poursuivre leurs ambitions. 

Merci à elles de partager cette passion pour les mathématiques et l’informatique et de nourrir le milieu scientifique d’esprits brillants. Vivement le prochain RJM pour un nouveau RDV rempli de découvertes scientifiques et d’instants formateurs. 

Mots-clés : Inria de Paris Animath Recherche Sciences Informatique Mathématiques Femmes

Haut de page

Suivez Inria