Sites Inria

English version

Collaboration

30/01/2019

Promouvoir l’entrepreneuriat et favoriser les partenariats : les missions du Service transfert innovation et partenariat

Au sein du centre Inria Bordeaux – Sud-Ouest, le service transfert innovation et partenariat (STIP) gère les relations avec les industriels et accompagne la création d’entreprise en s’appuyant sur un réseau de partenaires.

Collaborer avec le STIP

L’équipe

Le STIP est composé d’une assistante et de quatre chargé.e.s de partenariats et des projets d’innovation (CPPI), dont la responsable Laure Aït-Ali. Le service doit accueillir prochainement une nouvelle CPPI dédiée au développement des collaborations avec les start-up et PME du territoire. Pour Laure Aït-Ali, la pluralité des profils est importante dans le service.

Les missions

« Notre rôle est d’accompagner la diffusion des résultats de la recherche effectuée par les équipes-projets Inria vers la société et ainsi augmenter leur impact » , explique Laure Aït-Ali. « Pour cela, nous nous appuyons sur notre équipe alliant une expertise scientifique et une compétence business. Pour faire le lien entre recherche et entreprise, il est capital de savoir parler les deux langages. »

Les missions du STIP tournent autour de trois priorités :

  • Promouvoir et accompagner l’entrepreneuriat : sensibiliser, stimuler et accompagner la création d’entreprises technologiques innovantes (start-up) à partir des technologies d’Inria. Ces actions sont mises en œuvre avec les partenaires d’Inria (écoles de commerce et de gestion, incubateurs locaux, etc.).
  • Construire et animer les partenariats industriels. Il s’agit de mettre en œuvre la politique d’accords bilatéraux avec les grands partenaires industriels de l’institut et plus largement de consolider les partenariats avec les grands groupes français ou à base d’emplois en France.
  • Développer les partenariats européens en aidant les chercheurs et chercheuses dans la compréhension des thèmes prioritaires et des programmes européens, en les accompagnant dans la recherche de partenaires et la rédaction des propositions. Inria souhaite encourager les équipes dans la coordination de projets européens.

Ces missions prioritaires nécessitent de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour faciliter le transfert technologique des résultats des équipes de recherche. Les activités du STIP consistent donc aussi à organiser la protection de ces résultats (brevets, logiciels, marques, savoir-faire, etc.), à identifier l’offre technologique du centre et en assurer la promotion auprès des entreprises et de l’écosystème d’innovation ainsi qu’à négocier les contrats de transfert et de partenariats industriels.

Ancrage territorial

Dans le cadre de son ancrage territorial en Nouvelle-Aquitaine, le centre Inria Bordeaux - Sud-Ouest souhaite contribuer au développement « deeptech  » des start-up et PME régionales via des collaborations avec ses équipes de recherche pour transférer expertise, savoir-faire et technologies. L’objectif : partir des besoins des entreprises ou des industriels pour les aider à lever des verrous technologiques. « Notre travail consiste à comprendre le besoin de notre partenaire industriel et à l’accompagner dans la qualification de ce besoin pour ensuite déterminer quelle équipe-projet Inria sera la plus à même de pouvoir y répondre. Nous travaillons ensuite avec le partenaire industriel et l’équipe sur le projet scientifique et technique qui devra être mis en œuvre pour lever ces verrous. Une fois que nous avons établi les contours de la collaboration scientifique, nous pouvons alors déterminer le cadre contractuel le plus adapté » , reprend la responsable.

Différents cadres de collaboration existent : des projets R&D multipartenaires long terme (3-4 ans), des projets de R&D bilatéraux de 2-3 ans (CIFRE ou laboratoire commun) ou des collaborations de recherche de quelques mois à un an, et parfois des expertises de quelques jours.

L’arrivée d’Émilie Pons en juin au sein du service met un coup d’accélération à cette démarche proactive auprès des entreprises du territoire (lire l’interview ci-dessous).

 

3 Questions à Émilie Pons, nouvelle CPPI dédiée aux partenariats start-up et PME

Émilie Pons a été recrutée début juin au poste de chargée de partenariats et projets d’innovation dédiée aux développements des partenariats avec les start-up et les PME et travaille au sein du STIP. Elle présente ses missions et ses objectifs.

Contribuer à la montée en gamme des entreprises régionales dans le domaine de l'innovation numérique


Quelles sont vos missions ?

Mon rôle est d’accélérer les transferts de technologie, et, de façon plus globale, de contribuer à la montée en gamme des entreprises régionales dans le domaine de l'innovation numérique. Cela passe par identifier les technologies, les logiciels et les savoir-faire du centre Inria Bordeaux – Sud-Ouest les plus facilement et rapidement transférables, c’est-à-dire identifier les technologies les plus adaptées aux besoins des entreprises. Le premier objectif de travail était donc d’établir des "fiches techno" afin de montrer aux entreprises les différents savoir-faire ou logiciels disponibles chez Inria Bordeaux - Sud-Ouest. Depuis mon arrivée, en collaboration avec le service communication, nous avons réalisé une dizaine de fiches.

Quelles sont les autres méthodes pour accélérer ces transferts de technologies ?

Nous sommes présents sur les événements de façon plus proactive qu’avant. Nous adaptons davantage notre message et notre offre de savoir-faire à la thématique de l’événement : intelligence artificielle, santé, aéronautique, énergie, logiciels libres… Pour être encore plus visibles, nous nous associons à des événements organisés par nos partenaires (clusters [1], pôles de compétitivité[2]) en participant aux débats et en rappelant systématiquement l’existence et les missions du centre. Nos liens avec French Tech , Invest in Bordeaux ou les incubateurs TechnoWest et UniTec nous permettent également de nous positionner de façon plus réactive dans l’écosystème entrepreneurial et start-up régional.

Quelle est la particularité des partenariats proposés aux start-up et PME ?

En plus des partenariats classiques (partenariats de R&D collaboratifs, thèse CIFRE, etc.) nous proposons des formats plus agiles, plus adaptés aux besoins des petites entreprises. En effet, les contrats établis entre recherche et entreprise se déroulent sur au moins un, voire deux ou trois ans. Mais les petites entreprises ne peuvent pas toujours s’engager sur des durées aussi longues, elles ont parfois besoin de preuves de concepts en amont d’une relation plus engageante ou de prototypage court terme. D’où l’idée de proposer des formats courts, de deux à six mois par exemple, pour venir en aide aux entreprises qui en feraient la demande. De plus, dans le cadre de partenariats "classiques", nous recrutons des ingénieur.e.s encadré.e.s par nos chercheurs et chercheuses pour réaliser certains projets mais, malheureusement, les temps de recrutement ne sont pas toujours compatibles avec le calendrier des petites entreprises. Autre avantage de notre dispositif par rapport aux collaborations standards : nous avons un pool d’ingénieur.e.s déjà recruté.e.s, formé.e.s aux compétences des équipes et opérationnel.le.s pour commencer une mission de collaboration de recherche avec un industriel.

Si vous souhaitez nous rencontrer : stip-bso@inria.fr

Le recrutement d’Émilie Pons a été possible grâce au soutien de la région Nouvelle Aquitaine pour le projet InriaTech .

[1] Par ex : Digital Aquitaine, Pôle Magelis

[2] Par ex : AeroSpace Valley, Avenia, RLH

Haut de page

Suivez Inria