Intelligence artificielle

Mis à jour le 17/12/2019

L’intelligence artificielle n’existe pas… mais la puissance combinée des données disponibles, d’algorithmes (souvent fondés sur des approches par apprentissage) et de ressources de calcul ouvre des formidables perspectives dans de nombreux domaines.

Poppy torso : curiosity driven learning
© Inria / Photo C. Morel

 

Un grand nombre d’équipes-projets de l’institut travaille dans ce que l’on appelle à présent l’intelligence artificielle, avec des approches diverses et de nombreuses applications, souvent dans un contexte interdisciplinaire, par exemple en santé. Comment coupler les approches qui relèvent de l’IA et la simulation numérique ? Comment intégrer ces algorithmes dans des systèmes embarqués ? Comment certifier l’intelligence artificielle ? Les défis ne manquent pas, souvent dans le cadre de partenariats industriels.

 

Comprendre les fondements de l’intelligence artificielle (pourquoi cela marche ?) et les limites des chaînes de traitement des données est aussi un enjeu clé pour l’institut.

Par ailleurs, l’État a confié à Inria la coordination du volet scientifique du plan national AI for Humanity, avec un ensemble d’actions pour soutenir la recherche et la formation en intelligence artificielle, et une ambition : faire de la France un des leaders mondiaux du numérique. Dans ce cadre, quatre consortiums (les 3IA), impliquant les universités, des organismes de recherche (CNRS, Inria, Inserm, …) et associant des entreprises ont ainsi été retenus à Grenoble, Paris, Sophia-Antipolis et Toulouse, pour renforcer la politique de site sur l’intelligence artificielle, avec un fort accent sur l’interdisciplinarité. Près de 200 chaires de formation et de recherche ont vocation à être soutenues à terme.

Inria est aussi le porteur d’un des deux futurs centres mondiaux d’expertise sur l’intelligence artificielle annoncés par le Président Emmanuel Macron le 30 octobre 2019. L’objectif ? Travailler sur une intelligence artificielle responsable et éthique, dans le cadre du Global Partnership on AI (GPAI), avec une approche qui sera collective et internationale, en France et au Canada.

Logo resibots

Équipe-projet Larsen

Permettre à des robots de se remettre de dommages imprévus en toute autonomie et en quelques minutes, grâce à l'implémentation by design de bases algorithmiques spécifiques : c'est le projet porté par Jean-Baptiste Mouret, lauréat d'une ERC (2015-2020).

Logo Kidlearn

Équipe-projet Flowers

Dans le cadre du projet KidLearn, l'équipe a développé des méthodes d'apprentissage personnalisé pour les enfants, ainsi que KidBreath, un serious game d'éducation thérapeutique destiné aux enfants asthmatiques.

logo du projet européen

Équipe-projet Multispeech

Dans le cadre du projet européen COMPRISE (COst-effective, Multilingual, PRIvacy-driven voice-enabled SErvices), Inria et ses partenaires européens souhaitent mettre au point une technologie d’interaction vocale d'un genre nouveau, prenant en compte la sécurité by design.

Ioana Manolescu

Ioana Manolescu et les données complexes

Comment exploiter efficacement des milliards de données enregistrées sous des formats divers et réparties sur des milliers de serveurs ? Ce défi est au cœur des travaux de Ioana Manolescu, directrice de l’équipe de recherche CEDAR, commune à Inria et à l’École polytechnique.

Fujitsu et Inria, un partenariat dédié

Fujitsu et Inria allient leur expertise autour d’un programme de recherche et de cocréation sur l’intelligence artificielle. Ce partenariat porte sur un programme de recherche à long terme sur l’IA et le traitement de données massives. L’une des premières directions de recherche s’appuie sur l’analyse des données issues de l’Internet des Objets (Internet of things ou IoT). 

Découvrir le livre blanc Inria sur l'IA

Livre blanc IA

Le Livre Blanc Inria consacré à l'IA constitue une introduction aux enjeux que posent les progrès de la recherche dans ce domaine... Étoffé par les contributions de 45 chercheurs, ce texte de référence invite le lecteur à percer les secrets de l'apprentissage automatique, remettre en perspective une certaine "robot-phobie", et même repenser le transhumanisme, etc.