Sites Inria

Recherche

10/09/2013

Lancement du projet européen SyncFree

Les applications à grande échelle de type Cloud telles que les réseaux sociaux ou les jeux en ligne exigent que l’accès et la mise à jour des données se fassent de manière très réactive et avec une grande disponibilité. Le projet SyncFree explorera les pistes de Clouds plus performants par une approche inédite visant à s’affranchir de la synchronisation des données. Le 1er octobre prochain sera lancé officiellement ce projet européen dont Inria est coordinateur et initiateur par la voie de Marc Shapiro, directeur de recherche au centre Inria Paris – Rocquencourt dans l’équipe-projet REGAL.

Dans les systèmes répartis, Cloud ou Peer-to-Peer, la cohérence des données est un point crucial. Les approches basées sur la synchronisation sont gourmandes en ressources informatiques, sont lentes et sujettes aux pannes. Comme son nom l’indique, SyncFree propose de s’affranchir de la contrainte de synchronisation, ce qui est possible pour certains types de données.

Cette technologie est appelée CRDTs, pour Conflict-free Replicated Data Types (Types de Données Répliquées sans Conflit). La possibilité qu’elle offre de mises à jour indépendantes apporte une économie de calcul et de ressources que l’on ne perd pas en communication. L’utilisation de CRDT simplifie aussi le développement d’applications réparties à grande échelle.

Cet intérêt n’a pas échappé à des entreprises telles que Basho (bases de données), Rovio (AngryBirds), et Trifork (réseaux sociaux professionnels) qui comptent utiliser cette technologie pour déployer des projets de grande envergure (jeu en ligne, porte monnaie électronique), avec 10 millions d’utilisateurs visés.

En simplifiant le développement en en réduisant les coûts, SyncFree pourrait apporter un souffle d’air à l’écosystème des entreprises du web distribué. Le défi et les interrogations théoriques et pratiques sont toutefois réels : passage d’un petit prototype de recherche à un système déployé mondialement, cohérence entre les données sans conflit et les objets synchronisés, nouveaux algorithmes, langage, preuves…

Partenaires du projet

Inria (coordinateur), Basho (USA/UK), Trifork (Danemark), Rovio Entertainment Ltd (Finlande), la Faculdade de Ciênsias e Tecnologia (Université Nouvelle de Lisbonne), l’Université catholique de Louvain (Belgique), la Koç University (Turquie), et la Technische Universitaet Kaiserlautern (Allemagne).

Le projet a reçu un financement FP7 de 2,8 M€ par l’Union européenne.

Pour aller plus loin

Dans le nuage, les données sont réparties. La cohérence consiste à répercuter une mise à jour sur tous les sites concernés. Il y a un risque de conflit si deux mises à jour ont lieu en même temps. Dans l’approche conventionnelle, on évite ce problème en faisant une synchronisation sur tout le réseau. Cette synchronisation mobilise des ressources considérables, et est sujette aux pannes et aux déconnexions.

La cohérence sans conflit évite ce problème en ne détruisant pas l’information. Ainsi, on ne retire pas un élément d’un ensemble, mais on l’ajoute à l’ensemble représentant les retraits. En termes mathématiques, deux mises à jour non synchronisées sont commutatives (quel que soit l’ordre dans lequel elles sont exécutées, le résultat est identique*). C’est immédiat pour certains types de données : par exemple, gérer votre profil et la liste de vos amis dans un réseau social. Ceci permet de le mettre à jour depuis plusieurs points en même temps ; une mise à jour faite sur une réplique est envoyée aux autres ultérieurement, petit à petit.  C’est cette propriété que le projet SyncFree veut exploiter.

*Exemple de données commutatives : l’addition. En effet, ajouter 5 puis 1 revient à ajouter 1 puis 5.

Mots-clés : Equipe-projet REGAL Centre de recherche Inria Paris - Rocquencourt Systèmes répartis Cloud computing Cloud Projet européen

Haut de page

Suivez Inria